Accueil > LES FUTURS PAVILLONS > Complexe des sciences

Complexe des sciences

Regroupant les activités de recherche, d’enseignement et bibliothèque, ces pavillons seront de véritables laboratoires destinés à inventer l’avenir. Ils réuniront quelque 200 professeurs et chercheurs et 2 000 étudiants dans un but avoué : permettre à l’enseignement, à la recherche et à l’innovation en sciences de s’épanouir dans un cadre physique et intellectuel complètement repensé.

En réunissant les départements de chimie, de physique, de géographie et de sciences biologiques sous un même toit, le pavillon des sciences favorisera la multiplication des occasions d’échange et de partage. À l’heure où les réponses ne se trouvent plus seulement au coeur des champs d’étude mais aussi à leurs confluents, c’est un environnement fait sur mesure pour l’étude de nombreuses problématiques transversales d’envergure que l’Université de Montréal créera sur le Campus MIL.

Constitué de laboratoires de recherche et de laboratoires d’enseignement, ces nouveaux pavillons inviteront également à une utilisation optimale des ressources disponibles grâce à la mutualisation des espaces et des équipements, dans un esprit d’échanges multidisciplinaires et de « fertilisation » croisée. La création de plateformes de recherche – regroupant chercheurs, étudiants, personnel spécialisé et équipements de pointe – permettra notamment d’enrichir les projets des étudiants grâce à des interactions plus fréquentes et plus soutenues avec les enseignants et les chercheurs.

UNE LONGUE TRADITION D’EXCELLENCE

Renommés pour leur tradition d’excellence, l’intensité de leurs activités de recherche et l’attention particulière portée à la formation des étudiants des cycles supérieurs, les départements de chimie, de physique, de géographie et de sciences biologiques réuniront des chercheurs exceptionnels et des étudiants qui prendront plus tard le flambeau autour de thèmes incontournables dans le monde d’aujourd’hui, dont
le développement durable et l’environnement. On portera notamment une attention particulière…

En chimie

> À la confection de nouvelles molécules à partir de composants organiques pour différentes applications, entre autres en pharmacologie.

> À la recherche en chimie physique, en chimie de l’environnement et en chimie des polymères.

En physique

> Aux sciences des matériaux, des nanomatériaux et des matériaux vivants, dont les usages touchent des secteurs aussi variés que l’électronique, la physique des plasmas et la médecine.

> À l’astronomie, à l’astrophysique, à la physique des particules et à l’instrumentation scientifique dans ces domaines.

En géographie

> Du côté de la géographie humaine, aux problèmes liés aux transports, notamment maritimes, à l’agriculture et à la gestion de l’eau.

> Du côté de la géographie physique, à la géographie et à la biogéochimie des sols, ainsi qu’à la géographie fluviale.

En sciences biologiques

> À l’environnement, dans des sphères telles que la qualité de l’eau, les polluants et les cyanobactéries, les écosystèmes aquatiques et l’influence des barrages hydroélectriques sur ces systèmes.

UNE CONCEPTION FONDÉE SUR QUATRE PRINCIPES

Le travail de conception des pavillons des sciences, enseignement et bibliothèque repose sur quatre principes qui fondent aussi la démarche scientifique contemporaine.

> L’interdisciplinarité. L’interdisciplinarité façonne la science et l’université du XXIe siècle. Aujourd’hui, les projets les plus novateurs se situent non plus seulement au coeur des disciplines, mais aussi à leurs frontières.

> L’interactivité. La science propose aujourd’hui de nouvelles idées, notamment grâce à l’interaction de personnes et d’équipes aux perspectives diverses. Et c’est de ces interactions que naissent de nouvelles collaborations.

> L’innovation pédagogique. Le Pavillon des sciences intégrera les technologies les plus avancées afin de soutenir l’innovation pédagogique et offrira la flexibilité nécessaire pour adopter celles qui seront conçues au fil du temps.

> L’adaptabilité. Afin de maintenir la pertinence des infrastructures à long terme, les pavillons des sciences, enseignement et bibliothèque seront conçus de façon à évoluer avec ses occupants et avec les disciplines émergentes.

S’APPUYER SUR LES VALEURS DE L’INNOVATION

> Un incubateur de savoirs. Des étudiants, des professeurs et des chercheurs au centre des préoccupations.

> Une mutualisation des ressources. Des plateformes technologiques d’équipements collaboratifs.

> Un projet technologique.Des technologies au service de l’innovation et de l’enseignement.

> Un lieu d’interactivité et de collaboration entre les disciplines. Chimie, géographie, physique et sciences  biologiques.

Trois axes de développement

L'harmonie avec
le milieu [+]

Le projet de campus de l’UdeM à Outremont dépasse les limites strictes de l’activité universitaire pour embrasser la vie collective urbaine. L’Université est consciente de son rôle social et c’est pourquoi elle souhaite se développer en offrant un nouveau milieu de vie qui servira à la fois les intérêts de la communauté universitaire et ceux des résidents des quartiers limitrophes.

L'engagement pour
le développement durable [+]

La requalification d’une friche ferroviaire comme la gare de triage Outremont soulève les défis de la restauration des sols et l’intégration du nouveau campus à la trame urbaine. L’UdeM souscrit à la mise en œuvre d’un aménagement qui répond aux critères du développement durable, notamment en visant une certification LEED (Leadership in Energy and Environnmental Design).

L'excellence en
recherche et en enseignement [+]

Interdisciplinarité, synergie, collaboration, partenariat... Voilà les valeurs qui seront mises de l’avant dans le nouveau pavillon des sciences. Celui-ci regroupera quatre départements: chimie, physique, géographie et sciences biologiques. Un pavillon de services sera également construit pour abriter notamment des salles de classes, une bibliothèque et une cafétéria.