Nos recherches

COMMENT NOUS CHANGEONS LE MONDE

Les professeurs, les chercheurs, les étudiants et les diplômés en science de l’Université de Montréal sont des agents de changement dans toutes les sphères de la société. Le campus MIL sera un pôle d’activité scientifique incontournable. Les recherches sont foisonnantes et ont des retombées bénéfiques sur l’ensemble de la population. En voici quelques exemples :

Chimie

  • Découvrir le détail du fonctionnement des protéines pour trouver des solutions à la résistance des antibiotiques.
  • Étudier la photochimie des contaminants, leurs transformations microbiennes et leurs flux entre les eaux et l’atmosphère pour comprendre le lien entre contamination environnementale et santé humaine.
  • Créer une molécule en forme de lance-pierre qui pourrait propulser des médicaments à des endroits précis du corps humain où la maladie prend source.
  • Stocker l’énergie électrochimique dans des batteries afin d’augmenter l’utilisation des sources d’énergie renouvelable et de diminuer la dépendance aux carburants fossiles.
im_dep-chimie
im_dep-physique-2

Physique

  • Rendre les matériaux plus durables, et donc plus verts, en utilisant par exemple le plasma pour traiter le bois destiné à un usage extérieur et le rendre hydrophobe.
  • Collaborer à la mise au point du futur télescope spatial James-Webb, le plus complexe et le plus puissant jamais construit, dont le lancement est prévu pour le printemps 2019.
  • Trouver, grâce aux recherches de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx), chef de file mondial en astronomie, une réponse à la grande question : sommes-nous seuls dans l’Univers ?
  • Étudier l’interface de l’ingénierie, de la physique et de la médecine. L’instrumentation et le développement algorithmique constituent deux pôles de recherche majeurs en physique médicale, dont découlent de multiples applications d’imagerie et de thérapie.

Sciences biologiques

  • Mieux comprendre comment les espèces s’adaptent à l’environnement afin de prévenir certaines maladies comme l’Alzheimer et le diabète.
  • Aménager des marais filtrants afin de traiter les eaux usées de petites municipalités et décontaminer des lieux qui ont reçu des déversements chimiques.
  • S’inspirer du vivant pour inventer de nouvelles façons de concevoir des technologies offrant une performance économique, sociale et environnementale supérieure. Le biomimétisme a permis la découverte de plusieurs technologies courantes, comme le Velcro ou certaines colles écologiques inspirées des moules.
im_dep-sc-bio2
im_dep-geo2

Géographie

  • Établir des systèmes de surveillance de la qualité de l’environnement en milieu urbain à une échelle détaillée intégrant des données de télédétection et d’autres données géospatiales afin de mieux analyser la relation entre environnement et santé ainsi que la portée des mesures d’aménagement adoptées pour améliorer la qualité de l’environnement (verdissement, toits verts, etc.).
  • Analyser les retombées de l’implantation du campus MIL sur les quartiers environnants, notamment en ce qui a trait au rapprochement avec la communauté, à la diversification et à la dynamisation du paysage urbain et du bâti.
  • Étudier le fonctionnement des écosystèmes de forêt boréale, de tourbière et de toundra pour avoir une meilleure compréhension des changements climatiques.
  • Améliorer la protection des espèces menacées en intégrant les dimensions géographiques, écologiques et socioculturelles (approche bioculturelle de la conservation).
X